Fragment de la colonne vendôme Bronze. Epoque...

Lot 178
Aller au lot
1 000 - 1 500 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 6 400 EUR

Fragment de la colonne vendôme Bronze. Epoque...

Fragment de la colonne vendôme
Bronze. Epoque début du XIXème siècle
Dim : 12,5 x14,5cm
Pièce de bronze fondu sur sable figurant l’extrémité d’une paire de pattes de cheval. La tranche inférieure a été polie afin de pouvoir y graver « Thiebault fondeur à Paris ». Nom probablement écorché par un des artisans de la fonderie. On peut lire sur les sabots « la tête de ce cheval a été donnée au Maréchal Mac Mahon » flanqué de deux autres inscriptions. Sur le champ supérieur gauche « Débris de la colonne vendôme abattue le 16 mai ». Sur le champ inférieur gauche « Commune de paris 16 mars 26 mai 1871 ».
Histoire d’un Monument : La colonne Vendôme s’inspire de la colonne Trajane à Rome qui avait impressionné Bonaparte lors de la campagne d’Italie. Erigée entre 1806 et 1810 en souvenir de la bataille d’Austerlitz. Victoire qui donnera toute la légitimité dont Napoléon avait besoin pour s’assoir sur le trône Imperial. Nombres des plus grands artistes de l’époque travaillèrent sur ce projet. On peut citer Vivant Denon ou encore Antoine-Denis Chaudet. Le bronze quant à lui proviendra des canons russe et autrichien alors vaincus et sera fondu par Jean-Baptiste Launay. Elle fut déboulonnée sous la commune en 1871 sur l’instigation du peintre Gustave Courbet. Après la chute de la commune, c’est en 1875 que Mac-Mahon entreprendra la restauration du monument qu’il confiera au fondeur Thiebaut à Paris. Notre fragment marqué « Thibault fondeur à paris » provient de cette entreprise. La facture sera adressée à notre peintre qui devra payer 10 000 francs par an pendant 33 ans. Il s’éteignit en 1877 avant d’avoir pu régler sa première traite.
L’intervention d’un Maréchal : Le maréchal Mac-Mahon reçu la tête du cheval lié à cette paire de sabots. Le futur président de la république française est loin d'être étranger à l’histoire de notre colonne. En effet, c'est lui qui donnera l'assaut à la tête des « versaillais » qui mettra fin à la commune de paris et comme nous l'avons vu plus haut, commandera la restauration de cette dernière au fondeur Thiebaut. On comprendra aisément que la tête de ce cheval évoquera pour lui le trophée de sa victoire sur paris ainsi que l'empreinte salvatrice qu'il aura laissé à cet édifice à la gloire de l’empire.
Situation de notre fragment : Notre fragment est identifiable sur la 13ème planche, bas-relief numéro 15 de l’ouvrage « La colonne de la grande armée d’Austerlitz ou de la victoire » par Ambroise Tardieu. Cette section illustre la victoire de Murat lors de la bataille de Wertingen en 1805. Nous sommes en plein apogée de l’épopée Napoléonienne. Décrit dans l’ouvrage de la manière suivante : « Le prince Murat à la tête de la cavalerie arriva à Donaverth comme le corps du maréchal Soult se portait en avant. De là il se dirigea sur Wertingen où il rencontra un corps considérable d’infanterie autrichienne soutenu par quatre escadrons de cuirassiers d’Albert…. Ce combat fut très glorieux pour la cavalerie française qui eut presque seuls les honneurs de cette journée… ». La bataille de Wertingen, victoire française, s’inscrit dans le contexte de la campagne d’Allemagne. Elle aura lieu le 8 octobre 1805 et opposera Joachim Murat et Jean Lannes aux autrichiens. Nous sommes à peine à deux mois de la bataille des trois Empereurs. Napoléon fera inscrire en latin sur le piédestal du midi de la colonne « Napoléon Empereur Auguste a consacré à la gloire de la Grande Armée cette colonne formée de l'airain conquis sur l'ennemi pendant la guerre d'Allemagne, remportée sous son commandement en 1805 en l'espace de trois mois ».
Thiebaut fondeur à Paris Ce fondeur fut l’un des meilleurs en son temps. Artiste discret, pourtant bien présent un peu partout à paris et plus largement dans la France entière. C'est à lui que nous devons bien sur la restauration de la colonne Vendôme ainsi que le Napoléon qui la surplombe. Mais encore la « statue de la liberté », « Triomphe de la République », place de la Nation, « Monument à la République » place de la République, « Monument à Jeanne d'Arc » place des Pyramides, « Saint Michel terrassant le dragon » place Saint-Michel, « Charlemagne et ses Leudes », sur le parvis de Notre-Dame et bien d’autres encore.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue